Le commun de mortels préfère ce qui est complexe car ce qui est complexe est facile. Nous proposons un discours simple, c’est-à-dire difficile et pas très touristique.

Nécessité d’une théorie clinique de l’illettrisme

Sans parler de ses conséquences multiples, l’illettrisme se développe comme une épidémie dans le monde entier et particulièrement en Europe et dans les pays dits développés.

Nous pensons que ce n’est pas sans une raison précise qui reste à déterminer et qu’il est nécessaire de faire connaître.

Notre action s’inscrit dans une volonté de rejoindre, de nous associer, et de participer aux différents regroupements et associations qui, en Europe ou même au plan international, tentent d’élaborer une méthode et surtout une clinique, propres à offrir à ceux qui le désirent un message d’espoir concernant l’illettrisme.

Il nous semble évident que tous les courants d’idées qui fleurissent déjà un peu partout ont échoué. Nous nous proposons, à partir de notre expérience du terrain dans ce domaine, de faire connaître notre point de vue, lequel va à l’encontre de tous ce qui a pu se dire jusqu’à aujourd’hui au sujet de l’illettrisme.

Nous prétendons d’ailleurs, que sans être d’un abord aisé, notre explication des causes de l’illettrisme a fait ses preuves.

Nous savons bien, hélas, que le commun des mortels préfère le complexe parce que c’est facile, alors que ce que nous proposons est un discours simple donc difficile d’accès et pas très touristique.

Cette particularité qu’ont certains de préférer ce qui est complexe est d’ailleurs selon nous une des conséquences principales et la marque de l’illettrisme.

Le Discours de la Science et la pensée unique n’y sont pas étrangers.

Nous engageons ceux qui ont une expérience au sujet des causes de l’illettrisme, à nous contacter et à nous rejoindre afin qu’ensembles, nous puissions parler et définir une action et une théorie clinique commune.

Nous sommes déjà en lien avec certains regroupements préoccupés par l’escroquerie du discours ambiant concernant l’illettrisme.