Le chiffre noir de l’illettrisme

Home   /   Le chiffre noir de l’illettrisme

Cet édito se veut une réponse au colloque :

RPIJ – Journée THEMA du mardi 5 décembre 2006 :

Lire et comprendre : Maîtrise de la langue et insertion des jeunes.

Au  cours de ce colloque, “Lituraterre” est intervenu en faisant état de certains aspects de sa clinique de l’illettrisme concernant notamment les étudiants de troisième cycle universitaire.

Le chiffre noir de l’illettrisme

On tend à nous faire accroire encore aujourd’hui que l’illettrisme est réservé aux classes défavorisées. C’est faux !

L’illettrisme touche de nos jours toutes les couches de la population mondiale, quel que soit le niveau social ou le niveau d’étude de chacun.

Le scandale le plus patent est représenté par « le chiffre noir » de l’illettrisme ? C’est le pourcentage de ceux qui, à la tête des entreprises publiques et privées et des associations, sont touchés par ce fléau. Je veux parler des cadres et dirigeants d’entreprises ou d’associations. On n’en parle pas !

C’est tabou !

Enfin quoi, des gens qui ont fait de hautes études ! Ils sont juste un peu fatigués en ce moment et n’ont simplement plus envie pour l’instant, d’écrire, de lire ou de parler.

On constatera un de ces jours, le dégât économique perpétré par ce symptôme qui les touche, sinon plus, au moins autant que tout un chacun.

 

Un symptôme !

Oui, un symptôme qui est fabriqué dès l’enfance à l’école de la République et qui a pour cause l’abandon général de la parole pleine pour n’avoir plus recours qu’à la parole vide et à l’escroquerie du discours, lequel aide, croit-on, à vendre. A vendre quoi me direz-vous ?

Eh bien à vendre tous ces objets qui sous couvert de discours de la communication,  nous aident à mieux nous rencontrer autour des notions répugnantes de communication et « d’Amour du Tout ».

Le Toutaîmisme comme dit Jean-Michel Vappereau.

 

Un déni de la notion d’Entropie !

L’Entropie, théorie qui marque  l’avancée la plus actuelle de là où nous sommes parvenus dans l’histoire de la pensée !

Que dit l’Entropie en tant que discours scientifique ?

Soit le message passe, soit ça communique !

Si le message est passé, c’est que cela n’a pas pu communiquer !

Avec comme corolaire que si cela a communiqué, c’est qu’aucun message n’est passé.

Nous en sommes loin, à gober les messages que nous infligent en permanence les tenants du Toutaîmisme, partisans acharnés de la planète globale, comme on dirait « la solution finale ».

Quoi vous n’avez pas acheté une de ces choses vibrantes (là, l’image est forte… pour l’instant ça ne se met qu’à l’oreille le plus souvent, mais attendons-nous au pire…)

Comment est-ce possible. Vous n’êtes décidemment pas à la mode !

La mode, alors que ce qui est en cause est LE mode, le mode de penser. Toujours, l’escroquerie du discours se distingue par une erreur de genre !

 

Le genre !

La perte du genre, le bon ou le mauvais, voilà où nous en sommes, quel que soit notre appartenance sociale !

Sans genre, plus de langue, ni maternelle ni étrangères, encore moins orientales.

Vous me direz, il reste encore la langue de bois et la langue fourchue !

Traurichkeit !

 

Voila bien la raison des causes de l’illettrisme !

Le Toutaîmisme, un  “code culturel dans lequel on peut lire l’essentiel du modèle stalinien : suppression des différences sexuelles, manipulation des cycles de vie naturels, introduction de l’observateur dans la machine, soumission au collectif et en dernier ressort, à l’autorité de la “Mère phallique [1] , la Planète Globale.

Annonce autant redoutée que recherchée de la mort de Tout !

Haine de soi et de l’Autre enfin réunies !

 

[1] Voir : http://www.unil.ch

Mr Edouard Nadtotchi (Lausanne, littérature, thèse en préparation sur

la notion du “spectacle total” dans la culture soviétique).

Posted in FR

Newsletter

Articles récents

Catégories