Le retournement du Tore

Home   /   Le retournement du Tore

Le retournement du Tore (Extrait du livre : “Illettrisme et Sexuation“), par Charley Supper

Voir vidéo d’un Tore. Cliquez ici

Le retournement est un équivalent de quart de tour qui est lui-même en rapport à la coupure signifiante dont nous usons dans la langue maternelle pour avoir accès au sens.

Expliquons nous.

Pour cela, utilisons la figure du tore (une bouée, en mathématique) :

1– Retournement du tore.

Prenons un tore bleu ciel à l’extérieur et rouge à l’intérieur !

Nous allons faire une sorte de fermeture éclaire à la surface de ce tore.

Si nous ouvrons cette fermeture éclaire et que nous retroussons le tore (si cela est possible), déjà nous pouvons nous demander ce qui va advenir du trou du tore qui semble un obstacle au retournement.

Contrairement à ce que peut en appréhender notre intuition, nous obtenons la figure suivante :

Nous obtenons un tuyau rouge à deux épaisseur de paroi, donc qui est en fait un tore se présentant de profil, car en le redressant on constate bien que c’est un tore.

Mais un tore qui a fait un quart de tour, on le voit à la place de la fermeture éclair qui n’est plus au même endroit et qui se trouve maintenant sur le côté.

Le tore a fait un quart de tour dans l’espace !

Nous constatons la chose suivante ; le retournement est équivalent à un quart de tour dans l’espace !

Nous appellerons ça le “quart-de-tourisme”.

Nous disons que le même processus existe comme une virtualité dans la langue de chacun. Nous le verrons plus loin.

Mais surtout, le processus de retournement peut aller beaucoup plus loin ; nous sommes ici dans le “b a ba” de ce que l’on peut en tirer.

Ainsi, que se passe-t-il si je retrousse l’un des tores de deux tores enlacés

2 – Retournement de deux tores enlacés. Retroussons le tore violet.

Que va-t-il advenir du tore bleu ?

L’intuition imaginaire n’y a pas accès ! Il faut le faire avec ses mains pour y avoir accès.

Nous allons obtenir ceci :

où le tore bleu se retrouve incorporé au tore rouge.

Cette incorporation est très proche de ce que l’on trouve dans les textes sacrés, notamment la bible.

“Ceci est mon corps, ceci est mon sang”…

Nous le redisons, à moins de le réaliser ce retournement réellement avec ses mains par exemple en sacrifiant une paire de bouées, la raison, le raisonnement ou l’intuition n’y ont pas accès.

Que va-t-il se passer si nous tentons de retourner trois tores noués borroméenement. Le Nœud Borroméen est connu depuis l’Antiquité.

Image du nœud borroméen datant de l’an 1400.

Il est composé de trois ronds posés l’un sur l’autre sans qu’aucun passe par le trou de l’autre, qui tiennent pourtant ensembles sans pouvoir être séparés.

Vérifiez le vous-mêmes !

Le rond 1 est posé sur le rond trois,

Le rond trois est posé sur le rond deux,

Le rond deux est posé sur le rond un.

Aucun n’est lié à un autre,

et pourtant ça tient !

Pour réaliser un nœud borroméen,

1 – Posez deux ronds (de ficelle) l’un sur l’autre.

2 – Faites passer le troisième rond sur le rond du dessus et sous le rond du dessous.Vous obtenez le Nœud Borroméen !

On peut réaliser un nœud borroméen avec trois bouées (ou tore en mathématiques).

Que se passera-t-il si je retrousse l’un des tores du nœud borroméen à trois tores ?

3 – Le retournement du nœud borroméen.

Retournons le tore “1” de la figure ci-dessus, mais avant faisons une pause et réfléchissons à ce que nous allons bien pouvoir obtenir.

————————-

Pause

————————-

Voici le résultat, non pas de notre réflexion, car nous le répétons, il ne s’agit pas ici de raisonner, mais de réaliser concrètement ces figures en sacrifiant des bouées à nager.

Nous obtenons ceci :

2 et 3 se trouvent incorporées (au sens christique) au tore “1”.

Pourquoi tout ce cheminement topologique ?

Parce que nous prétendons que ce retournement du tore, cette introjection des multitores, ce lien qui en ressort, c’est cela que l’illettré ne parvient pas à réaliser en son for intérieur. Ce lien du nœud borroméen (qui est lié sans être attaché) est un équivalent du principe qui permet à chacun de faire lien social ; or ce qui fait lien social est dépendant de ce qui permet aux humains d’appréhender les sexes c’est-à-dire l’enregistrement chez chacun de la sexuation.

L’illettré est bloqué dans son questionnement sur la sexuation. Il pose son questionnement en termes de sexualité au lieu de la poser en termes de sexuation. Il est en lutte contre lui-même; c’est pourquoi il est inutile d’en rajouter en se mettant en “lutte contre” lui et contre l’illettrisme !
Ne pouvant se décider, il ne peut rien accorder ni en genre ni en nombre de ce qu’il lit.

Il ou elle, ou il, ou elle….

La sexuation pose le problème de l’intériorisation de l’Autre avec un grand A. Autre qui n’est ni féminin, ni masculin, n’en déplaise aux escrocs du discours qui font flores en cette époque de misère sexuelle.

L’Autre est en matière de tore le troisième rond lequel permet aux deux premiers ronds du tore (homme et femme pourquoi pas) de tenir ensembles.

Celui qui ne peut intégrer l’Autre, l’incorporer symboliquement, n’est pas enregistré dans sa sexuation et ne peut donc pas se lire.

Il ne pourra pas lire non plus car “lire, c’est se lire” (Edmond Rostand)

Charley Supper

Voir également :Le retournement de l’équateur, par charley Supper

Approche du nœud borroméen, par Charley Supper

Nous avons regroupé certaines pages traitant des mêmes thèmes !

REGROUPEMENT DES TEXTES SUR LA SEXUATION
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR L‘AUTRE
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR L‘AMOUR
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR LA MORT SYMBOLIQUE
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR LE SIGNIFIANT
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR LE REEL
REGROUPEMENT DES TEXTES SUR LA TOPOLOGIE

Cliquez sur les liens !

Autre Site (en anglais) intéressant sur la psychanalyse et la topologie (www.topoi.net)

PLACE – Psychoanalysis Los Angeles California Extension

 

 

Posted in FR

Newsletter

Articles récents

Catégories