Groupes de travail :

Lituraterre organise différents groupes de travail :

 


Séminaires :

– Un groupe de travail sur le séminaire « Encore » de Jacques Lacan s’est constitué en octobre 2011.

Le séminaire : « La sexuation« , a été supprimé et fera l’objet de quelques séances lors du cours d’initiation à la topologie du vendredi.

Le cours d’initiation à la Topologie lacanienne a été interrompu en juin 2011. Il pourrait recommencer courant mars 2012.


Cartels* :

– Un cartel sur le texte « Lituraterre » est proposé pour mars 2012.

– Nous attendons des propositions de personnes intéressées par la participation à un cartel.


Colloques :

– La participation à un colloque sur l’illettrisme est envisagé pour octobre 2012.


 

Inscrivez vous à la lettre mensuelle pour être tenu au courant : Lettre mensuelle

Pour proposer, s’inscrire, se renseigner ou rejoindre un groupe de travail, écrivez à : Lituraterre


Les cartels : Nous rappelons que les cartels de Lituraterre sont institués selon la méthode définie par Lacan : « Quatre se choisissent et élisent un « +1″pour éviter de faire colle ».

Extrait de l’École Lacanienne de Montréal

Le cartel, une structure qui n’a qu’une fonction : le travail. Le cartel n’est pas une rencontre d’idées entre quelques personnes. C’est d’abord, nous dit Lacan dans sa Proposition du 9 octobre, « la condition d’admission à l’École ». Est membre — de l’École — celui qui participe à un cartel de cette école; car même si le mot (cartel) évoque quatre, en réalité, il vient du mot « cardo », GOND. Un cartel, c’est le gond entre une école et ses membres, un lieu d’engagement dans l’école. Cet engagement signifie « produire un travail » au cours du cartel — où puisse être articulé le réel de la cure analytique, ce qui évite les discussions à bâtons rompus.

Le cartel n’est donc pas la pratique analytique, mais ce qui peut soutenir le lien social d’une communauté de psychanalystes.

Le cartel est aussi un espace de « parole pleine », en ce sens qu’au delà des gens à qui l’on s’adresse, on vise à atteindre quelqu’un, quelque chose d’autre. C’est donc dire que le cartel est un espace où doit se manifester de la subjectivité — au sens lacanien du terme —, un espace apte à faire surgir l’inconscient. C’est pourquoi il faut donner un style analytique aux réunions d’un cartel. À chacun d’en prendre acte.